L’évolution de la moisson – Mon Hangar

En France, la moisson a ses traditions depuis des siècles. Le développement technologique et l’invention des moissonneuses-batteuses ont permis de faciliter cette tâche agricole et d’accroitre le rendement.

C’est la saison de la moisson, la saison impatiemment attendue par les agriculteurs français. En effet, le secteur agricole en France prend des dimensions méritoires ; il obtient surtout la primauté européenne pour la production de céréales (cinquième au niveau mondial), ce qui fait de la récolte de ces richesses un événement d’une ultime valeur.  

La moisson avant : un travail manuel

Dans le passé, la saison de la moisson, aussi festive à assister, était si pénible à pratiquer pour les agriculteurs. Les faucilles et les faux sont considérés avancés par rapport à l’outil le plus ancien pour effectuer la récolte : les mains des paysans.

Jadis, le processus de la moisson se faisait en 5 étapes :

1- La récolte

Les paysans commençaient par couper les épis de blé puis ils étaient disposés les uns sur les autres sur des nattes en plastique.

2 – Le battage

Le battage consistait à séparer les grains du reste de la plante. Il implique trois opérations différentes : la séparation du grain de l’épi ; le triage du grain de la paille ; et enfin le vannage. La plupart des méthodes de battage manuel utilisaient un outil pour séparer le grain des épis et de la paille. La méthode la plus simple consiste à utiliser un bâton ou un fléau articulé pour battre la récolte pendant qu’elle est étalée sur le sol.

3 – Le vannage

Il consiste à séparer les grains de la balle ou de la paille. Il est traditionnellement fait en soulevant et en jetant le matériel battu sur le sol.

4 – Le séchage

Les grains de céréales doivent être séchés. La méthode la plus rentable consiste à les étaler au soleil pour les faire sécher.

5 – Le stockage

Les grains séchés sont stockés en vrac jusqu’à leur transformation.

De nos jours, lorsque vos espaces de stockage sont vides, vous avez l’opportunité de les mettre en location ! Grâce à la plateforme Mon Hangar, qui met en relation propriétaires de bâtiments et particulier souhaitant stocker leurs biens volumineux.

Même avec l’utilisation des moissonneuses tractées par les chevaux, invention plus ou moins sophistiquée et moderne, la moisson restait toujours consommatrice de temps et d’effort et nécessitait beaucoup d’effectif.

La moisson de nos jours : arrivée de la moissonneuse-batteuse

En 1866, Célestin Gérard, pionnier du machinisme agricole, a créé le tournant dans l’histoire de l’agriculture française en inventant la première moissonneuse-batteuse.

Techniquement, une moissonneuse-batteuse remplit quatre fonctions :

  • Couper les plantes,
  • Introduire les plantes dans la machine,
  • Décortiquer les graines, c’est-à-dire séparer les graines du reste de la plante,
  • Nettoyer les graines de la poussière et des petites particules qui peuvent s’y attacher.

La moissonneuse-batteuse réduit considérablement les coûts de main-d’œuvre pour les agriculteurs. Auparavant, la récolte du blé nécessitait une énorme équipe, tandis qu’aujourd’hui la moissonneuse-batteuse automotrice nécessite une personne pour la faire fonctionner et une autre pour transporter le grain jusqu’au lieu de stockage.

De plus, cette invention a connu des perfectionnements permanents : des cabines climatisées, des systèmes de contrôles divers, des systèmes de guidage, systèmes de mesures de récolte, etc., et ce grâce aux prouesses technologiques.

La popularité croissante des moissonneuses-batteuses automotrices en France a permis une variété de marques : New Holland, Claas ou John Deere, et chacune est unique par ses fonctionnalités.

Cet engin agricole permet aujourd’hui d’augmenter le rendement et de diminuer la pénibilité du travail ce qui est considéré comme un facteur important dans le développement de l’agriculture française de nos jours et un des secrets derrière son pouvoir au niveau mondiale.

Ainsi, l’agriculture en France est un pilier de valeur dans son positionnement mondial et sa contribution importante et durable dans le monde. Ceci grâce à la richesse de son histoire et au progrès technologique et matériel que vit ce secteur. Soyons-en fiers !

Laisser un commentaire