Les initiatives entrepreneuriales de l’ESS en 2021 : l’agriculture bien placée – Mon Hangar

Dans un monde où la course effrénée au profit règne et où l’humain, l’environnemental et le social peinent à trouver leurs places, le besoin d’un nouveau modèle économique alternatif se fait de plus en plus ressentir. Un modèle qui serait basé notamment sur la solidarité a déjà fait ses preuves, nous parlons de l'ESS.

Dans un monde où la course effrénée au profit règne et où l’humain, l’environnemental et le social peinent à trouver leurs places, le besoin d’un nouveau modèle économique alternatif se fait de plus en plus ressentir. Un modèle qui serait basé notamment sur la solidarité, et qui pourrait tout de même générer du profit pour tous les intervenants et de façon équitable. Ce modèle économique existe bel et bien, et il commence à se faire sa place dans l’économie française et mondiale. Nous parlons de l’économie sociale et solidaire (ESS).

Qu’est ce que l’économie sociale et solidaire (ESS) ?

Le concept d’économie sociale et solidaire (ESS) désigne un ensemble d’entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d’utilité sociale.

Selon la loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, les entreprises travaillant dans le cadre de l’ESS doivent avoir pour ambition de créer des emplois non délocalisables, de développer une plus grande cohésion sociale et d’apporter des réponses aux besoins sociaux économique des territoires dans lesquels elles se trouvent.

D’autre part, ces entreprises commerciales doivent respecter les trois grands principes de l’ESS à savoir :

  1. La gouvernance est démocratique : cela signifie que les salariés peuvent participer aux décisions du groupe 
  2. Les bénéfices sont réinvestis majoritairement dans l’activité 
  3. Les réserves financière obligatoires ne peuvent pas être partagés ni distribués aux actionnaires 

Ainsi, en matière d’économie solidaire et sociale, c’est le bien commun et l’intérêt général qui doivent primer, avant le profit.

L’ESS en France en 2021 : les Startups qui se démarquent

Avec 2,4 millions de salariés répartis dans plus de 220 000 établissements employeurs,  l’écosystème de l’ESS capte aujourd’hui 14% de l’emploi salariés en France et représente environ 10% du PIB. La solidité de l’écosystème de l’économie solidaire et sociale a notamment été prouvée par la bonne résistance des structures de l’ESS en période de crise sanitaire liée au Covid-19 ces deux dernières années.

Aujourd’hui en France, il existe des centaines de startups qui on choisi le cadre légal de l’ESS pour se lancer et se développer. Plusieurs d’entre elles ont choisi l’agriculture comme domaine. Parmi elles, nous pouvons notamment citer trois startups qui se sont démarquées en 2021 :

Biota

La startup Biota propose aux entreprises et collectivités de créer leur accélérateur de biodiversité, en lien direct avec les agriculteurs de leur territoire. 

Javelot

Cette startup se positionne comme l‘expert du stockage de matières premières agricoles. Ses solutions permettent de piloter ce stockage à distance grâce à des sondes connectées et des systèmes de ventilation automatique. 

Mon Hangar

Le concept de la startup Mon Hangar consiste à faciliter la mise en relation des agriculteurs disposant d’espaces de stockages inexploités durablement ou temporairement (garages, hangars, terrains aménagés, entrepôts etc…) avec des particuliers ou des professionnels qui ont besoin d’un lieu de stockage pour leurs biens ( camping cars, petits bateaux, palettes, marchandise importée, voitures neuves ou d’occasion, etc…)

Le principe parait simple, et c’est l’une de ses forces. Aujourd’hui, la startup est une des meilleures startups agricoles françaises qui a su mettre en place un projet d’ESS avec service qui permet :

– Le renforcement du lien social, en créant un nouveau lien entre le rural et l’urbain.

– La contribution à l’économie circulaire, en redonnant vie à des bâtiments existants.

– La réduction de l’empreinte écologique, avec une approche innovante de l’occupation de l’espace, privilégiant l’existant et le réemploi tout en permettant aux bénéficiaires du service de réduire les coûts de transport de leurs biens

Quel avenir de l’ESS dans le monde agricole ?

L’économie solidaire et sociale et l’agriculture durable font bonne paire et les raisons sont multiples. 

Tout d’abord, elles partagent les mêmes valeurs à savoir l’utilité sociale, la gouvernance démocratique du projet, et un modèle économique au service du projet social.

D’autre part, le tissu économique et social qui supporte le développement de l’économie sociale et solidaire dans le domaine agricole est assez développé et ne cesse de s’agrandir. Nous notons dans ce cadre la création des statuts associatifs ou coopératifs adaptés à l’agriculture durable  à l’instar des CUMA (Coopératives d’Utilisation de Matériel Agricole), les sociétés coopérative d’intérêt collectif (SCIC) engagées pour une transition agricole sur leur territoire, et le développement des acteurs nationaux en matière de financement de projets, tels que la Fondation Rte, la Fondation de France ou encore France Active.

Ces indicateurs laissent prédire de beaux jours pour les projets agricoles développés dans le cadre de l’économie sociale et solidaire.

Pour découvrir davantage sur le potentiel de développement des projets d’ESS dans le domaine agricole en France ainsi que les principaux acteurs de l’écosystème, nous vous invitons à lire cet article.

Autre lien utile : Structures de financements dédiés aux projets de l’ESS

Laisser un commentaire